Menus restaurant scolaire
Portail Familles
Associations Planning locations
Betterstreet Faire un signalement Pluméliau - Bieuzy
Horaires
Formulaires en ligne
état civil
Démarches administratives
PAYFiP paiement en ligne
Carte intéractive
Publications
Agenda
Votre avis nous intéresse !

La Chèvre Rose – Fanny GUILLERMIC

La Chèvre Rose – Fanny GUILLERMIC

Originaire de Lorraine, Fanny GUILLERMIC est arrivée en Bretagne il y a une dizaine d’années et a posé ses valises à Pluméliau-Bieuzy. « Je ne partirais pour rien au monde, on s’y sent vraiment bien. La commune est à la fois calme et dynamique, on n’a plus envie de partir ».

Avec une formation d’ingénieure agro-alimentaire, Fanny a travaillé pendant une quinzaine d’années dans différentes entreprises notamment en tant que responsable qualité avant de se réorienter. « En 2019, je me suis dit « pourquoi ne pas faire autre chose » même si j’adorais mon travail » explique la maman de deux enfants. « Mon mari étant agriculteur, je me suis naturellement ouverte à l’agriculture et au monde de l’entreprenariat. Il m’a beaucoup soutenu lorsque j’ai décidé de me lancer dans cette nouvelle aventure. »

« L’agriculture ce n’est pas simple mais c’est un très beau métier, je suis très contente que mon mari m’en ai transmis la passion »

Si Fanny savait qu’elle voulait créer son entreprise agricole et fabriquer ses propres produits, l’idée de faire de la transformation à base de lait de chèvre lui est venue par hasard. « C’est en feuilletant un magazine qui mentionnait qu’il manquait de lait de chèvres en France que ça m’a donné l’idée » explique l’éleveuse de quarante-trois ans. Fan de fromage et d’animaux, elle s’est alors renseignée sur l’animal avant de prendre sa décision. « J’ai visité une chèvrerie en vacances en Auvergne et je suis tombée sous le charme de ces animaux, c’est tellement attachant ! »

S’en sont suivi deux ans d’installation, rythmés par de nombreuses formations et stages dans des élevages caprins.

Fanny a pu ainsi accueillir ses premières chèvres en avril 2022. Elle en possède aujourd’hui vingt-cinq, de deux races différentes. « J’ai une vingtaine d’Alpines, ce sont les plus communes pour la production de lait en France. J’ai aussi cinq chèvres de Lorraine, que j’ai moi-même ramené des Vosges. C’est une race qui était il y a peu en voie de disparition et qui vient de la même région de moi, alors forcément, ça me tenait à cœur d’en posséder. » D’ici deux ou trois ans, Fanny aimerait posséder une quarantaine de chèvres pour augmenter sa future production.

Si l’objectif de Fanny est de produire des fromages et des yaourts au lait de chèvre, la production débutera seulement en 2023. « Mes chèvres ont entre trois et six mois, elles auront des petits l’année prochaine et ce n’est qu’à ce moment qu’elles produiront du lait ». L’éleveuse aimerait par la suite vendre ses produits en vente directe sur les marchés ou en partenariat avec les commerces locaux.

Mais avant de pouvoir vendre ses premiers produits, Fanny a encore de quoi s’occuper. « Je vais terminer de réaménager ma chèvrerie, préparer un laboratoire de transformation qui soit bien aux normes sanitaires, acheter tous les équipements nécessaires à la transformation etc. Il me reste encore du travail ! »

UN COMMENTAIRE SUR CETTE PAGE ?

  • Un commentaire sur cette page ? Le formulaire à suivre vous permettra de signaler une anomalie dans le contenu, de suggérer une modification ou tout simplement de féliciter sur le contenu. Merci d'être acteur !
Partagez cette page sur